Exploitation de l’espace liturgique dans la mise en œuvre du plain-chant

Responsables: Daniel Saulnier, ingénieur de recherche à l’Université François-Rabelais (CESR) et Christelle Cazeaux-Kowalski, maître de conférences à l’Université de Poitiers (CESCM)

Ce projet a pour objet l’exploitation de l’espace intérieur des édifices sacrés dans la mise en œuvre du plain-chant, dans les anciennes cathédrales du royaume de France, de la fin du VIIIe siècle à la Révolution française.

L’intérêt de ce domaine, relativement peu étudié, a émergé au cours du projet ANR Musique et musiciens des Saintes-Chapelles, XIIIe-XVIIIe siècles. Si le répertoire du plain-chant, base universelle du chant liturgique pratiqué dans la liturgie depuis la réforme carolingienne jusqu’au XXe siècle, est bien connu, de nombreuses caractéristiques de sa mise en œuvre concrète demeurent largement obscures. Il s’agit d’abord des lieux où se déroule la performance chantée, et du mobilier qui y est associé : chœur (avec ses deux côtés), sanctuaire, autel, siège, lutrin(s), aigle, stalles, jubé, etc. Mais il s’agit encore des différents protagonistes, avec leur statuts diversifiés, avec les vêtements et ornements qui leur sont attribués, et éventuellement les instruments (de musique ou autres) qu’ils sont amenés à utiliser dans leurs fonctions. Les mouvements de ces protagonistes n’ont jusqu’à présent pas fait l’objet d’études spécialisées. Ces déplacements sont bien sûr liés au déroulement rituel des cérémonies, voire à la préparation des actions chantées, mais ils peuvent aussi – comme c’est le cas de la « déambulation » des chantres – constituer une dimension caractéristique de la pratique du chant ou de son contrôle.

Enfin, la mise en œuvre des livres dans le chant sera un aspect important de cette recherche, qui tendra à valoriser tant la mémorisation traditionnelle du répertoire par les chantres solistes, que le recours explicite à des techniques de chant ex libro pour d’autres répertoires.

Cette recherche sera conduite en croisant des sources diverses : les cérémoniaires et ordinaires, les livres de chant, les descriptions ou représentations de l’aménagement intérieur et du mobilier, l’iconographie et les documents d’archives disponibles. Lorsque l’exploitation de ces sources aura commencé à fournir des résultats, le projet se doublera d’une phase expérimentale, au cours de laquelle sera proposée la mise en œuvre de certaines conclusions dans les lieux réels, sous la forme de représentations, de concerts ou de restitutions virtuelles.

Ce projet entend se dérouler sur plusieurs années et couvrira une période longue, intégrant le Moyen Âge et la Renaissance, depuis la réforme carolingienne jusqu’à la Révolution française. Il portera en priorité sur les anciennes cathédrales du royaume de France, dans la mesure où celles-ci auront conservé des témoignages suffisants. Les progrès de la recherche amèneront à préciser ce corpus et ses limites.

Le projet sera porté par Daniel Saulnier (CESR) et Christelle Cazaux-Kowalski (CESCM), avec la collaboration directe de Charles-Yvan Elissèche et Vasco Zara (CESR) et de Marcello Angheben et Bénédicte Palazzo (CESCM). D’autres scientifiques pourront être invités à participer à cette recherche, en fonction de leurs compétences, notamment Cécile Davy-Rigaux, Bernard Dompnier, Éric Palazzo (CESCM) et David Fiala (CESR).

Prosopographie

resp. Denise Turell, Professeur à l’Université de Poitiers (CESCM) et David Fiala, Maître de conférences à l’Université de Tours (CESR)

Ce projet constitue pour l’heure un prolongement possible, ses modalités concrètes et le nombre de participants restent à préciser. Il a été conçu à Poitiers (Denise Turell, François Brizay, Yannis Delmas), en lien avec un programme européen Heloise (European Network on Digital Academic History), qui met en relation des projets d’étude prosopographique de différentes universités européennes, comme Cracovie, mais aussi des universités françaises (Toulouse…). Les étudiants poitevins sont pour une part issus du Val de Loire.

Le projet serait de mettre ces études en relation avec un autre programme, implanté lui à Tours, à savoir Prosonet (Prosopographie in Network : développement et mise en ligne d’une infrastructure de gestion collective de données prosopographiques pour la Renaissance). Ce projet, dont les responsables sont à Tours et David Fiala et Chiara Lastraioli, vise à relier par un moteur d’accès communs plusieurs projets du CESR (Prosopographie des chantres de la Renaissance, Edinet, Arviva, Personae…).

Emblématique

Responsables: Laurent Hablot, récemment élu directeur d’études à l’EPHE, mais restant associé au CESCM et Pascale Charon, maître de conférence à l’Université de Tours (CESR)

Un projet de Colloque sur l’emblématique des États souverains au début du xvie siècle est à l’étude. Bénéficiant des derniers travaux internationaux dans ce domaine, il réunira des spécialistes de tous horizons ayant conduit une étude récente sur cette question.

Une série dédiée à l’emblématique du Moyen Âge et de la première Renaissance est à actuellement à l’étude. Des contacts ont été pris à la fin 2015 avec Samuel Leturcq et les Presses universitaires François-Rabelais. Une proposition de série, intégrée dans la collection « Renaissance », a été soumise au comité éditorial et a reçu un accueil favorable. Elle serait co-dirigée par Anne Rolet, Maître de conférences à l’université de Nantes, associée au CESR et Laurent Hablot, directeur d’études à l’École pratique des Hautes études. Les volumes proposés seront le reflet des activités du groupe de recherches : La devise, mise en signe du prince, mise en scène du pouvoir (L. Hablot) ; La devise, un code emblématique européen (actes du colloque de Batalha) ; L’emblématique de François Ier (F. Parot et T. Fourier) ; Des chiffres et des lettres (actes des journées de Brou).

Extension de la base ARMMA à l’emblématique monumentale du Val de Loire. Le CESCM conduit, depuis plusieurs années, sous la direction de Laurent Hablot et de Matteo Ferrari, l’élaboration d’une base de données ayant pour objet la recension critique et documentée de tous les décors héraldiques monumentaux du Moyen Âge (xiiie-xvie siècles) conservés ou connus dans le Poitou historique. Mise en ligne dans le courant du mois de juin 2016, cette base a été principalement financée par l’Université de Poitiers et la DRAC Poitou-Charentes. Organisée par notices centrées sur les monuments, elle permet d’inventorier les décors, de les situer dans l’espace, de les identifier et de les dater à l’appui d’une recension bibliographique, d’une couverture photographique et d’une étude héraldique illustrée. Des interrogations croisées par entrées multiples sont possibles.

 

Dans le cadre du groupe de recherches sur l’emblématique de la première Renaissance porté par la FESMAR, L. Hablot et P. Charron, maître de conférences à l’université de Tours, CESR) proposent d’appliquer cet outil à leur objet d’études et de conduire le recensement numérique des décors emblématiques renaissants du Val de Loire. Cette campagne, qui nécessitera divers partenariats avec la DRAC, de grands monuments nationaux ou des programmes en cours tels que Intelligence des Patrimoines, mobiliserait les actions du groupe de recherche, par le biais de vacations assurant la collecte et de tables rondes annuelles permettant une relecture scientifique des données collectées.

Architectes, ingénieurs et fortifications

Responsables: Nicolas Prouteau, maître de conférences à l’Université de Poitiers (CESCM) et Alain Salamagne, professeur à l’Université de Tours (CESCR)

Cette opération, qui commence dès 2016, a pour objet le rôle des ingénieurs à la fois dans le domaine des techniques militaires (les « engins » de siège) et dans celles du bâtiment (développement des machines de chantier en particulier).

Concernant le rôle des ingénieurs dans les questions militaires, plusieurs questions sont en effet aujourd’hui ouvertes. Ainsi, l’intervention des ingénieurs dans le domaine de la construction militaire est manifeste dans les programmes des Plantagenêts à la fin du xiie siècle et au début du xiiie siècle, mais les relations entretenues avec les maîtres-maçons doivent encore être précisées. On peut aussi de demander quelle est l’intervention d’ingénieurs du roi de France les fortifications royales du Midi. Ils apparaissent enfin, en particulier au service du roi d’Angleterre, comme de spécialistes des techniques innovantes, voir des feux de guerre.

Mais ils ont aussi une responsabilité dans création de villes et des projets d’urbanisme. Ce fut le cas en Italie évidemment, mais aussi dans les anciens Pays-Bas et en France dès la première moitié du xvie siècle.

Le statut même de l’ingénieur demande à être précisé. D’abord théoricien, homme de cour souvent, il était d’abord un concepteur de projets restant parfois éloigné de la pratique. Maître-maçon, architecte ou ingénieur, ce débat fut fondamental dans la première moitié du xvie siècle lorsqu’au statut du maître maçon s’ajouta celui de l’architecte, débat dont Philibert de L’Orme se fait encore écho dans ses traités.

Pour autant, si l’historiographie privilégie les ruptures, on doit s’interroger sur la continuité des savoirs et leurs transmissions, car en Italie même le statut d’ingénieur est attesté dès le xive siècle. Ce sont donc ces aspects multiformes, connaissances théoriques et pratiques, milieux d’origine, savoir-faire des ingénieurs-maîtres-maçons-architectes que l’on se propose de scruter sur une durée longue (xiie-xvie siècles).

L’Histoire de France de La Popelinière

Responsables: Paul-Alexis Mellet, maître de conférences à l’Université de Tours (CESR) et Denise Turell, professeur à l’Université de Poitiers (CESCM)

L’édition des œuvres complètes de La Popelinière est une entreprise de longue haleine qui suppose un travail collectif, ainsi que quelques moyens humains pour collation et la transcription des manuscrits et éditions anciennes.

Ce travail sera poursuivi ; le cœur en est un important travail philologique et critique. Il est envisagé de doubler l’édition papier, qui a été privilégiée dans une première étape et qui reste indispensable comme instrument durable de travail, par une édition numérique. Celle-ci pourrait être mise en place par une collaboration entre les responsables du projet dans sa forme actuelle et les Bibliothèques virtuelles humanistes du CESR.

 

Prolongement : « L’impact de la Réforme protestante sur les idées et les institutions politiques (Europe, xvie-xviiie siècles »)

Cette opération est à la marge de FESMAR puisqu’il s’agit dans un premier temps d’une opération financée par un Appel à la recherche coopérative Tours-Poitiers (CESR-IHD), mais qui s’articule avec les opérations de la Fédération, notamment l’édition de La Popelinère. Mais cette recherche indique clairement des prolongements possibles.

Le projet consiste à étudier dans quelle mesure les réformes religieuses ont influencé les idées et modifié les pratiques politiques (obéissance, contestation, etc.) et les institutions qui les encadrent (parlements, conseil du roi, etc.). En effet, l’Europe a connu à partir de la Réforme luthérienne puis calviniste de profondes modifications : on peut par exemple penser à l’émergence de la question de tolérance religieuse et de la laïcité, au « bon gouvernement », à la souveraineté du peuple (par ses représentants), à la notion de contrat social, aux conditions du retour à la paix civile, aux chambres de justice mi-parties (membres désignés à égalité entre catholiques et protestants), etc. Ce programme de recherche pluridisciplinaire (histoire, droit, philosophie) entend montrer que ces transformations marquent profondément, aujourd’hui encore, nos institutions et nos pratiques politiques

Lexique et cartes du territoire

Responsables: Stéphane Boisselier, professeur à l’Université de Poitiers (CESCM) et Nathalie Bouloux, maître de conférences à l’Université de Tours (CESR)

Le lexique du territoire et la nomination des lieux dans les œuvres savantes et les sources documentaires en latin, langues romanes et arabe.

Sous diverses dénominations, et avec diverses approches (spatialité, géohistoire, espace vécu), l’étude de l’inscription des sociétés dans l’espace suscite des travaux nombreux. A l’image de toute la médiévistique, écartelée entre archéologie et approche de « l’idéel » et oubliant de ce fait le lien social, ces travaux négligent l’immense majorité des sources médiévales, à savoir les actes de la pratique (titres de propriété, jugements), et les registres administratifs, qui ont une forte inscription spatiale, d’une part parce qu’ils seraient trop éloignés du terrain matériel, d’autre part parce que leur discours serait trop rudimentaire pour atteindre la dimension symbolique de l’espace.

Nous proposons donc une étude du lexique par lequel les « territoires » (principalement des circonscriptions, issues d’une volonté politique, mais aussi des morceaux d’espace plus informels tels que les « quartiers » au sein d’un terroir) sont qualifiés dans les sources écrites. Afin de varier les échelles (qui sont principalement locale et « régionale », c’est-à-dire à l’intérieur d’une seigneurie ou d’un diocèse, dans les sources susmentionnées) et de croiser les sources, cette approche sera combinée avec celle, plus traditionnelle, qui étudie les « conceptions » de l’espace en partie à travers le vocabulaire dans les sources savantes descriptives, telles que les récits de voyage et les ouvrages de « géographie » médiévale (voir le récent ouvrage dirigé par P. Gautier-Dalché dans « l’atelier du médiéviste »). En outre, notre approche par les mots, même s’ils sont socialement contextualisés, a une dimension philologique qui impose le rapprochement avec les spécialistes des sources savantes – qu’ils soient « littéraires » ou historiens.

Cette étude est généralement menée par des spécialistes d’histoire économique et politique (y compris ecclésiologique) travaillant sur les sources de la pratique, souvent dans le cadre de monographies régionales. Elle ne constitue donc pas un champ d’étude spécifique ; de ce fait, elle est subordonnée à d’autres préoccupations – fixer un « cadre » spatial à une société ou étudier la « projection » spatiale de mécanismes ou de principes intellectuels –, et elle est menée de façon empirique par des chercheurs isolés, d’autant plus que le particularisme semble dominer dans les processus de nomination de l’espace, ce qui ne pousse pas à comparer les phénomènes dans diverses régions. Peu nombreux sont les chercheurs à s’être véritablement spécialisés dans cette étude, tels que J.-L. Fray ou J.-L. Abbé en France.

Cette approche philologique ne peut se borner à une lexicographie, même quantitative ; à côté des substantifs, il existe un immense trésor toponymique qui attend les historiens et pour lequel des méthodes de traitement restent à inventer – étant donné que ce matériau a été abandonné aux linguistes, qui l’ont réduit à l’étymologie, ou a été exploité par les historiens, qui l’ont utilisé comme un indice direct des réalités sociales et matérielles (défrichements, domination du sol), voire culturelles (acculturation linguistique), alors que le choix d’un nom et sa survivance obéissent à une construction à la fois sociale et culturelle qui n’est pas seulement descriptive. Certes, ces noms de lieux, qui sont souvent des noms d’hommes et de saints, semblent ne désigner que des points précis et non pas des morceaux d’espace en étendue, mais c’est un problème à creuser, en particulier pour la macrotoponymie. D’ailleurs, il existe de nombreuses passerelles entre noms propres et noms communs (phénomènes de toponymisation du lexique territorial et de nomination systématique des circonscriptions dans leurs occurrences documentaires) qui interdisent de les étudier isolément.

La diversification des sources est un autre enjeu ; à côté de celles, bien connues, que nous avons mentionnées, les textes épigraphiques et les dossiers héraldiques peuvent ouvrir de nouvelles perspectives sur la façon dont les hommes organisent, dominent et classifient l’espace. Nous souhaitons intégrer ces écrits (y compris leurs parties figuratives) dans notre étude, car le fonctionnement d’un système – la nomination en est un, avec ses règles spécifiques pour chaque type d’écrit – ne se comprend que par la comparaison avec d’autres systèmes.

La diversité des milieux culturels où s’opèrent les processus de nomination peut être un facteur d’intelligibilité des phénomènes étudiés ; en ouvrant ce programme aux régions arabophones – au-delà de l’Occident médiéval, qui présente une unité matérielle et politique assez forte, outre sa diversité linguistique –, on pourra voir si la langue et surtout les données politico-culturelles font varier les logiques toponymiques et lexicales, que l’on a tendance à considérer comme universelles (comme l’éponymie des villes).

Après une première rencontre en décembre 2016, dans le but de poser les orientations de ce programme de longue haleine, puis une journée d’étude en 2017, sur le thème Nomination savante, nomination populaire des circonscriptions administratives, dont les résultats devraient être publiés, en 2018, un colloque, plus important, coordonné par N. Bouloux, abordera un type de source particulier, qui commence à faire l’objet d’études en nombre croissant mais sans véritable coordination ni confrontations : les cartes locales et régionales, qui se multiplient à partir du XIVe siècle.

Dès les premières manifestations de ce programme, les coordinateurs et les participants réfléchissent aux méthodes et instruments pour réaliser un objectif pratique et durable, c’est-à-dire la compilation d’un lexique chronologique et polyglotte.

Les Vies de philosophes au Moyen Âge et à la Renaissance

Responsables: Aurélien Robert, chargé de recherche au CNRS (CESR); Pierre-Marie Joris, Maître de conférences à l’Université de Poitiers (CESCM).

Partenaires : Claudio Galderisi, professeur à l’Université de Poitiers (CESCM) ; Joël Biard, professeur à l’Université de Tours (CESR)

À partir du XIIe siècle, on constate un regain d’intérêt pour le genre antique des Vies des hommes illustres, et plus particulièrement pour les Vies de philosophes. Ainsi, dans les premières décennies du XIIe siècle, des penseurs aussi différents que Pierre Abélard, Guillaume de Malmesbury ou Jean de Salisbury, recueillent toutes les informations qu’ils peuvent trouver sur les philosophes antiques, à partir de sources aussi variées que Valère Maxime, Sénèque, Cicéron ou encore Jérôme et Lactance. Plus tard, ces informations seront collectées pour former de véritables recueils de Vies de philosophes. De Vies elles n’ont que le nom, puisqu’il s’agit avant tout de recueils de maximes morales et d’anecdotes exemplaires. C’est le cas dans une partie du Chronicon d’Hélinand de Froidmont consacrée aux philosophes, qui sera reprise et amplifiée par Vincent de Beauvais et Jean de Galles. Ces premiers travaux ont été ensuite repris et modifiés par le pseudo-Gautier Burley (en fait un auteur anonyme italien du début du XIVe siècle), Benzo d’Alessandria, Giovanni Colonna, puis Pétrarque, pour ne mentionner ici que les exemples les plus célèbres. Il est remarquable que ces textes, bien qu’ils adoptent une trame commune, issue la plupart du temps des mêmes sources anciennes, présentent les philosophes sous des jours différents. Cela semble particulièrement évident dans les traductions de ces Vies en langues vernaculaires. Par exemple, dans la version anonyme de la fin du XIIIe siècle intitulée Fiori e vita di filosafi e d’altri savi e d’imperadori, la vie d’Épicure est expurgée de toute condamnation théologique et présente le philosophe sous un jour éminemment positif à partir du témoignage des Lettres de Sénèque. Or les Vies de philosophes en langues vernaculaires sont nombreuses. Le De vita et moribus philosophorum attribué à Gautier Burley, par exemple, existe dans une version castillane, on connaît trois versions italiennes, trois tchèques, une polonaise et quatre allemandes selon le recensement proposé par Welder (Walter Burleys Liber de vita et moribus philosophorum poetarumque: in zwei deutschen Bearbeitungen des Spätmittelalters, 1969, p. 27-29). Il y aurait donc un travail exploratoire à mener sur ce large corpus en latin et en langues vernaculaires au sein d’une collaboration entre philologue, littéraires et philosophes.

Il conviendrait aussi de mener des recherches sur le temps long, du Moyen Âge à la Renaissance, raison de l’inscription de ce projet dans le cadre de la FESMAR. Car la tradition des Vies de philosophes sera en partie renouvelée après la traduction complète des Vies de Diogène Laërce par l’humaniste Ambroggio Traversari en 1433 (bien qu’une partie de ce texte avait déjà été traduite au XIIe siècle par Henri Aristippe et utilisée par le pseudo-Gautier Burley), ainsi que par la diffusion massive des Vies parallèles de Plutarque. D’un côté, on assiste à une reconfiguration du matériau médiéval, comme cela apparaît dans le Libro de la vita de philosophi et delle loro elegantissime sententie au XVe siècle ; de l’autre, les humanistes s’attachent de plus en plus à rédiger des vies de philosophes singuliers, plutôt que des recueils encyclopédiques.

D’un point de vue formel, il s’agirait donc de s’interroger sur les traits distinctifs de ce genre littéraire et sur son évolution du Moyen Âge à la Renaissance (par rapport à l’hagiographie et aux Vies des hommes ou des femmes illustres, comme ceux de Pétrarque et Bocacce). Il faudrait en outre considérer les différences de forme et de contenu entre les versions latines des Vies et leurs traductions en vernaculaire, mais aussi les différences entre les aires géographiques et les époques.

Par-delà l’intérêt philologique et historique de ces recherches sur un large corpus encore largement inédit, il conviendrait d’examiner ces textes du point de vue de leur usage. À qui étaient-ils destinés ? Pour quel usage ? Avaient-ils une visée seulement encyclopédique ou devaient-ils aussi servir de réservoir d’exemples pour l’édification morale des intellectuels ou pour des traités d’éthique ou de philosophie morale ? Permettent-ils de mieux saisir ce que John Marenbon appelle « le problème du paganisme » ? En effet, comment comprendre le sens de ces recueils d’histoires et de maximes morales de philosophes païens en contexte chrétien ? Plus généralement, quel rapport peut-on établir entre la montée en puissance de ce genre littéraire et les théories éthiques des époques concernées ?

Pour aborder ces divers aspects, nous organiserons des journées d’étude régulières réunissant, outre les partenaires poitevins et tourangeaux, des collègues étrangers qui ont travaillé sur ces questions, comme Delphine Carron-Faivre (Universität Zürich), John Marenbon (Trinity College, Cambridge), Marco Petelotti (Università del Sacro Cuore di Milano), Gregorio Piaia (Università degli studi di Padova), Peter Von Moos (Heidelberg Akademie der Wissenschften).

Littérature, transferts culturels

Responsables: Claudio Galderisi, professeur à l’Université de Poitiers (CESCM) et Jean-Jacques Vincensini, professeur émérite à l’Université de Tours (CESR)

Programme scientifique:

Les différents projets concernent essentiellement l’origine et la constitution d’une Europe littéraire française. La réalisation la plus importante sera l’élaboration d’un répertoire exhaustif des traductions du français vers les langues de l’Europe médiévale,  que C. Galderisi et les autres membres de l’équipe devraient réaliser dans le cadre d’un projet ERC Advanced Grant, présenté par le responsable du programme en juillet de cette année. Il nous manque encore une représentation critique globale de la traduction verticale et horizontale qui a eu lieu au xive et xve siècle. Il nous manque un tableau qui nous aiderait à mieux définir l’apport de chaque langue, de chaque culture, de chaque texte dans l’élaboration du patrimoine vernaculaire et par là même dans l’évolution et la sédimentation de la langue et de la littérature du moyen français.

Cinq réalisations sont prévues d’ores et déjà, qui s’inscrivent dans le cadre du projet ERC LIGAMEN : LIngua GAllica MEdiaNte.

a) Réalisation d’un répertoire et d’une base en ligne de toutes les traductions médiévales concernant les langues de la France médiévale, aussi bien donc vers les langues gallo-romanes qu’à partir de ces langues. L’étude de la traduction horizontale à partir du français constitue une enquête originale et novatrice des sources françaises des littératures européennes médiévales. Il s’agit d’une exploration pour laquelle il n’y a pas de véritable état de l’art, de recherche bibliographique globale déjà réalisée. Le répertoire recensera, classera et analysera les traductions partielles ou intégrales françaises vers les langues vernaculaires du Moyen Âge. Seront retenues dans le répertoire toutes les traductions faites à partir des langues gallo-romanes (oïl, occitan, gascon, franco-italien, anglo-normand, etc.), y compris les traductions partielles ou les fragments insérés dans d’autres textes. Les adaptations et les textes se réclamant d’originaux perdus ou jamais attestés feront l’objet de notices plus synthétiques. Les remaniements ou les réécritures de traductions plus anciennes seront aussi recensés dans la fiche principale, en tant que versions de la traduction. Tous les domaines de la civilisation antique et médiévale seront recensés : histoire, théologie, littérature, langue, philosophie, médecine, didactique, astronomie, etc. Le terminus ad quem des textes traduits est 1500. Le terminus ad quem des témoins du texte traduit est de préférence 1500. Le répertoire sera organisé en 7 parties, subdivisées à leur tour dans les 23 sections linguistiques des langues d’arrivée, et en 46 sous-sections, correspondant aux langues françaises médiévales d’origine.

b) Édition d’une monographie par C. Galderisi, “Lingua gallica ad Europam”. De l’empire du latin au règne littéraire du français. Cet ouvrage se propose de réaliser une histoire globale de la traduction du français vers les langues vernaculaires européennes. Il s’agira d’un travail qui s’articulera avec le corpus exhaustif de ces traductions et qui permettra d’identifier les sources françaises de la culture européenne médiévale.

c) Corpus électronique des traductions de et vers et les langues gallo-romanes LINGUAE (Brepols – open access, septembre 2022). Le deuxième volet du projet ERC rendra compte de l’imbrication des traductions vers le français et à partir du français, tout en offrant à travers un tableau synoptique réalisé à partir du corpus en ligne de LINGUAE une carte interactive des lieux de production et de conservation des traductions médiévales. Le lieu de cette confluence sera une base en ligne de toutes les traductions dans lesquelles les langues gallo-romanes sont soit la langue cible soit la langue source. Ce corpus permettra de mieux identifier et définir les raisons et les enjeux de la monumentale œuvre de médiation, de transfert et d’innovation que les clercs médiévaux ont opéré entre le xie et le xve siècle de notre ère.

d) Organisation d’un colloque international sur la traduction médiévale du français vers les autres langues : le seuil de la francophonie médiévale (1er-4 septembre 2021). Ce colloque, structuré autour de sessions consacrées aux aires linguistiques des langues cible, réunira une cinquantaine d’universitaires français et internationaux spécialistes de la traduction dans leur domaine linguistique.

e) Études de corpus de traductions vers des langues verticales (latin, hébreu, yiddish, grec, persan, arabe). Ce volet du projet aboutira à la réalisation de trois études de traductions vers des langues anciennes, réalisées par trois doctorants sous la direction conjointe du porteur du présent projet et de trois collègues spécialistes de ce de domaines qui seront ainsi associés au projet LINGUAE. Deux thèses seront lancées en 2017, la troisième en 2018.

Epigraphie

Etat de l’art des inscriptions de la Renaissance (1500-1650)

Responsables: Cécile Treffort, professeur à l’Université de Poitiers (CESCM) et Vladimir Agrigoroaei (CESCM)

Le projet initial (mettre en place un travail sur l’épigraphie de la Renaissance, en relation avec les travaux qui se tiennent à Poitiers sur l’épigraphie médiévale) s’est avéré difficile à mettre en œuvre. Toutefois, on mentionnera la réalisation d’un état bibliographique.

Un travail sur l’état de la recherche a été réalisé en 2012-2013 grâce à des vacations de la Fédération, et rendu disponible en 2014 sous le titre État de l’art des inscriptions de la Renaissance, 1500-1650) par un jeune chercheur qui a depuis été recruté comme chargé de recherches au CESCM (Vladimir Agrigoroaei).

Dans la même perspective d’une recherche de prolongements vers la Renaissance, la Fédération a participé à la journée « 40 ans d’épigraphie médiévale » organisée à Poitiers les 16 et 17 octobre 2014 à Poitiers.

[17 sept. 2014] Corpus des inscriptions de la France médiévale (1974-2014) : 40 ans d’épigraphie médiévale à Poitiers

Architecture

 Mortiers et pierres de la tour des Minimes du château d’Amboise (1495-1496)

Responsable: Alain Salamagne, professeur à l’Université de Tours (CESR)

Ce projet a débuté en novembre 2011, grâce à un financement de la MSH Val de Loire.  Le relais a été pris par la Fédération 3482, mais le projet n’a été que partiellement réalisé. Néanmoins, la première phase d’analyse des mortiers et lames minces a été lancée et certaines analyses ont pu être réalisées par un laboratoire de l’Université de Nancy :

– 11 mortiers ont été échantillonnés pour cette étude

– des lames minces ont été réalisées à partir des échantillons référencés L’observation au microscope pétrographique a confirmé l’homogénéité des mortiers prélevés.

– Les observations au MEB (FEG XL 30 équipé d’un spectromètre EDS EDAX) ont été faites sur des échantillons afin de caractériser la nature de la chaux Les mortiers et les enduits prélevés pour cette étude ont probablement été élaborés avec une seule et même provenance de chaux.

– L’analyse a permis d’établir les relations entre mortiers et enduits.

En dépit des difficultés dues aux contraintes de gestion annuelle des budgets, cette opération a permis une expérience d’interdisciplinarité forte entre SHS, Sciences des matériaux et Sciences de la terre et de l’univers.

Liste des laboratoires et institutions impliqués :

– Maison des Sciences de l’Homme du Val de Loire, Tours

– Centre d’Études Supérieures de la Renaissance UMR 7323, CNRS / Tours

– Centre d’Études Supérieures des Civilisations Médiévales UMR 6223

– EA 6293 GEHCO (Géo-hydrosystèmes continentaux)

– Service Archéologique Départementale du Maine-et-Loire

– Direction de l’Inventaire du Patrimoine, région Centre Val de Loire

– Fondation Saint-Louis

– Entreprise Hory-Chauvelin

– Institut Jean Lamour, UMR 7198 (CNRS / université de Lorraine), Département de Chimie et Physique des Solides et des Surfaces (CP2S), Équipe 207 « Matériaux pour le Génie Civil » (IUT de Nancy-Brabois)

Emblématique de la première Renaissance

Emblématique

Responsables: Laurent Hablot, maître de conférences à l’université de Poitiers (CESCM) et Pascale Charron, maître de conférences à l’université de Tours (CESR)

Le groupe de recherches sur l’emblématique de la première Renaissance est né de la collaboration de chercheurs attachés à nos deux laboratoires, étendue à plusieurs collègues français et étrangers spécialistes de la question ou directement intéressés au sujet. Ce groupe de travail initié en 2013 s’est notamment réuni à l’occasion du colloque international, en partie financé par la FESMAR, La devise, un code emblématique européen tenu à Batalha au Portugal en septembre 2014. En 2015 et 2016, il a pu poursuivre ses travaux dans le cadre de diverses manifestations.

a) Exposition « Présence héraldique française dans la Rome de la Renaissance » (Rome, mai 2015)

En marge des 5es journées d’études héraldiques qui se sont tenues à l’École française de Rome les 5-7 mai 2015 sur le thème de l’Héraldique dans la ville au Moyen Âge, le cloître de Saint-Louis-des-Français et l’Institut français – Centre Saint-Louis ont accueilli du 7 mai au 6 juin, une exposition consacrée aux témoignages héraldiques de la présence française à Rome entre la fin du xve siècle et le début du xvie siècle. Une vingtaine de panneaux exposaient ces armoiries qui marquent encore le patrimoine monumental et funéraire de la ville et témoignent de ces pèlerins, riches marchands, membres de la Curie, puissants cardinaux et souverains, issus de la nation française, qui ont marqué de leur emblème leurs réalisations monumentales ou leur ultime mémoire.

b) Journées d’études « Des chiffres et des Lettres », abbaye royale de Brou (novembre 2015 – projet spécifiquement porté par FESMAR)

Les 5 et 6 novembre 2015 se sont tenues à l’abbaye royale de Brou, dans l’Ain, les journées d’études du groupe de recherches consacrées au thème : Des chiffres et des Lettres. Monogrammes, lettres emblématiques et chiffres énigmatiques dans l’emblématique. Fin du Moyen Âge, début de la Renaissance.

Réunissant 13 participants issus du monde de la recherche et de la conservation, originaires de France, d’Italie, de Suisse, du Chili, ces rencontres ont permis d’ouvrir un sujet totalement inédit, celui de l’utilisation emblématique des lettres, chiffres et monogrammes, dans l’art et la culture des xive et xvie siècles. Véritable facteur de continuité entre le Moyen Âge et la première Renaissance, ce type signe, très mal connu et souvent même ignoré, se révèle être un reflet fascinant de la culture des élites de ces périodes. La rigueur et la qualité des interventions, la présence d’un public curieux, ont permis de vraiment défricher ce dossier qui demande maintenant à être présenté à la communauté scientifique sous forme de publication.

Ces rencontres de Brou ont été cofinancées par la FESMAR, le CESCM, et l’IUF. Une participation complémentaire du programme Rihvage du CESR a été orientée vers la publication.

La publication aura lieu dans la nouvelle série « Emblématique » de la collection « Renaissance » des Presses de l’université François-Rabelais (PUFR).

Voir        http://cour-de-france.fr/article3763.html

c) Collaborations internationales 2015-2016.

Par l’intermédiaire de Laurent Hablot, le groupe de recherches sur l’emblématique de la première Renaissance est associé au projet « Maestranze italiane in Francia (1495-1535) : migrazione dei modelli all’antica nell’architettura del Rinascimento europeo » conduit par Flaminia Bardati, professeur de l’Histoire de l’Architecture à l’université de Rome-La Sapienza. Une réunion de travail a été programmée à Tours en mars 2016. Camilla Ceccotti, doctorante de Mme Bardati, conduit actuellement à Poitiers et au CESCM ses recherches sur les prémices de la Renaissance en Poitou.

Les Météores d’Aristote au Moyen Âge et à la Renaissance

Responsables: Aurélien Robert (CESR) et Iacopo Costa (CESCM)

Dans le cadre du projet Organisation et porosité des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, une seconde journée d’études a été organisée le 12 décembre 2013 sur Les Météores d’Aristote au Moyen Âge et à la Renaissance, suite à une première réunion de travail à Poitiers, impliquant Aurélien Robert, Iacopo Costa et Joëlle Ducos (professeur à Paris IV). Les Météores d’Aristote constituent l’un des textes les moins étudiés du corpus aristotélicien, alors qu’il a été traduit plusieurs fois en latin, puis dans plusieurs langues vernaculaires, et qu’il a suscité des débats dans plusieurs champs du savoir. L’un des enjeux principaux de la météorologie, surtout après Épicure et Lucrèce, concernait la possibilité d’expliquer certains phénomènes comme la foudre, les tremblements de terre, les tsunamis, de manière naturelle, et non comme l’effet d’une punition divine. C’est pourquoi l’on trouve au Moyen Âge des usages de ce texte dans de nombreux commentaires bibliques, mais aussi dans les commentaires des Sentences de Pierre Lombard, devenu le principal lieu de débats chez les théologiens médiévaux. Il s’agissait donc de comparer cet usage critique de la part des théologiens, à l’usage philosophique et médical de ce texte dans les Facultés des arts où l’on commente ce texte, principalement dans le nord de l’Italie. Ensuite, il s’agissait, dans la continuité des travaux de Suzana Longo sur la météorologie à la Renaissance, de suivre les changements dans ce domaine après la redécouverte des textes d’Épicure et de Lucrèce à partir du XVe siècle.

Cette journée d’études a réuni Aurélien Robert (CNRS, CESR), Iacopo Costa (CNRS, CESCM), Joëlle Ducos (Paris IV), Jean-Marc Mandosio (EPHE), Dragos Calma (EPHE), Joël Biard (Tours, CESR), Christophe Grellard (Paris 1) et Violaine Giacommotto-Charra (Bordeaux)

affiche

L’éthique à la frontière des savoirs

Cette journée d’étude a été organisée à Tours par Aurélien Robert (CESR) et Iacopo Costa (CESCM) dans le cadre des activités de la FESMAR. Elle avait pour objet les porosités entre le discours éthique et les différentes disciplines enseignées dans les universités médiévales et renaissantes. Cette rencontre a réuni plusieurs chercheurs français et étrangers, parmi lesquels Matthew Klemm (Ithaca), Martin Pickavé (Toronto), Christophe Grellard (Paris 1), Sonia Gentili (La Sapienza, Rome) et Emmanuele Coccia (EHESS).

Cette rencontre a donné lieu à la publication d’un numéro de la revue Médiévales en 2012, avec pour titre « Philosophies morales. L’éthique à la croisée de savoirs » ; le dossier comprend sept contributions avec une introduction.

Voir le texte intégral : https://medievales.revues.org/6753

Programme de la journée:

programme-ethique-au-moyen-age

Organisation et porosité des savoirs à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance

Organisation et porosité des savoirs à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (resp. Iacopo Costa, chargé de recherches au CNRS, CESCM, et Aurélien Robert, chargé de recherches au CNRS, CESR).

Dans le prolongement du programme Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités, initié par Aurélien Robert et Joël Chandelier à l’École française de Rome entre 2008 et 2011, l’objectif de ce projet est d’étudier les modifications des disciplines instituées au sein des grandes universités à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, en s’intéressant aux objets qui n’appartiennent pas en propre à un seul champ du savoir (éthique médicale, médecine légale, rhétorique politique, météorologie, etc.). Ces transformations sont abordées dans la continuité du Moyen Âge tardif et de la Renaissance, en partant des premiers échanges entre disciplines de l’encyclopédie aristotélicienne, telle qu’elle s’est constituée au cours du Moyen Âge arabe et latin, et savoirs émergents (en particulier dans les domaines de la médecine et du droit), et en suivant les redistributions dues notamment aux humanistes à la Renaissance. Les travaux sont menés au sein d’un réseau de chercheurs de différentes disciplines (histoire, philosophie, histoire du droit, histoire des sciences, etc.).

Deux journées d’étude ont été organisées, l’une sur l’éthique à la frontière des savoirs, l’autre sur la météorologie médiévale et renaissante (voir les pages correspondantes sur ce site)