Les traductions médiévales à la Renaissance et les auto-traductions

Atelier sur les auto-traductions et sur les traductions médiévales à la renaissance

Responsables: Claudio Galderisi, Professeur à l’Université de Poitiers et Jean-Jacques Vincensini, Professeur à l’Université de Tours.

Cette journée d’étude, qui a lieu au CESR le 8 et 9 juin 2016, s’articule en deux volets complémentaires. Le premier porte sur le phénomène des auto-traductions ; le deuxième sur la réception des traductions médiévales à la Renaissance.

Auto-traductions

Celui qui traduit ses propres textes devrait être un traducteur privilégié. Cette sous-catégorie a ses propres caractéristiques, puisqu’elle certifie – sans exclure pour autant la possibilité d’adaptations et changements profonds – l’équivalence conceptuelle entre le texte-source et les versions que l’auteur même a pu réaliser dans d’autres langues. Il s’agira de réfléchir au défrichage du domaine neuf des traductions latines issues d’œuvres vernaculaires européennes au Moyen Âge et à la Renaissance. Ainsi peut-on penser a priori que la traduction latine témoigne d’une autre forme de diffusion des œuvres vernaculaires : il reste à déterminer quelle est cette forme de diffusion. Les témoignages d’auto-traduction que l’on a pour le Moyen Âge sont rares. Les raisons en sont multiples : l’anonymat constitutif des textes surtout dans les premiers siècles ; les informations lacunaires sur le travail des traducteurs, et pour terminer le problème de la tradition manuscrite.

Traduction des classiques du Moyen Âge à la Renaissance. 

Depuis deux siècles, et les travaux pionniers de Jean-Jacques Ampère, la notion de « Renaissances médiévales » s’est imposée à tous comme une évidence. La multiplication de renaissances auxquelles on assiste dans le dernier siècle est en partie le signe de la remise en question de la périodisation historique et de la frontière partiellement artificielle entre Moyen Âge et Renaissance. Cet atelier s’intéressera également aux questions de réception des traductions médiévales à la Renaissance.

 

Les actes de cette journée d’étude seront publiés en décembre 2016 dans la collection « Bibliothèque de Transmédie ».

programme-traductions-medievales-a-la-renaissance (cliquez sur le lien pour le programme complet)

 

La traduction « empêchée », les supercheries et les catastrophes

Atelier sur la traduction « empêchée », les supercheries et les catastrophes.

Responsables: Claudio Galderisi, professeur à l’université de Poitiers, et Jean-Jacques Vincensini, professeur à l’université de Tours.

Les clercs médiévaux ont été les premiers à faire de la traduction une liturgie de la secondarité et une éthique de la subjectivité ; ils ont été également les acteurs d’une sélection intellectuelle et littéraire, qui pour être moins visible, et moins étudiée, n’en constitue pas moins la trace d’une certaine imperméabilité du monde médiéval. À côté de la formidable entreprise de forgerie du présent à travers la récriture du passé qu’a été la translatio studii, ces admirateurs des auctoritates en ont délaissé plus d’une. Ces absences sont d’autant plus frappantes, que la traduction, l’adaptation, la citation, y compris non créditée et donc pouvant faire transiter dans la culture vernaculaire aussi des seniores théoriquement incompatibles avec l’horizon chrétien, apparaissent comme consubstantielles à l’œuvre du clerc médiéval. Parallèlement à ce silence des clercs, il y a des textes qui affichent leur secondarité, en surjouant parfois du rapport à l’auctoritas, selon un modèle rhétorique qui a été appelé « topos du livre source ». Comment interpréter cette incontestable disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Autant de questions qui permettront d’analyser au-delà de la surface du texte les stratégies et les mécanismes de cette étonnante altérité textuelle. Cette journée d’étude a eu lieu le 3 et 4 septembre 2015 au CESCM – voir programme ci-dessous.

Les actes de cette journée d’étude seront publiés en avril 2016 dans la collection « Bibliothèque de Transmédie » sous le titre La Fabrique de la traduction. La traduction empêchée et la traduction manipulée.

Programme des journées d’études sur « La traduction empêchée »

Jeudi 3 septembre

Table ronde 1 :   Le livre absent et son simulacre

14 h 30 :          C. Galderisi :    « Le miroir de la source et les seuils de la traduction »

14 h 50 :         J.-J. Vincensini : « Effets thématiques et linguistiques de la nostalgie littéraire : les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention de sources  »

15 h 10 :          Discussion

15 h 40 :          Pause

Table ronde 2 :   Supercheries et sources empêchées ou cachées

16 h :               A. M. Babbi :   « la source cachée du roman d’eneas »

16 h 20 :           J . Métois : « sources revendiquées et modèles souterrains de deux            traductions françaises médiévales du de excidio troiae »

16 h 40 :          Discussion

17 h 10 :          Pause

Table ronde 3    Suite

17 h 30 :          O. Delsaux : « Traduction empêchée, contrainte ou détournée : les paradoxes         du poète, traducteur et humaniste Laurent de Premierfait » 

16 h 50 :         J.-M. Fritz :   « Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ  (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …) »

18h10: Discussion 

Vendredi 3 septembre

Table ronde 4 :  La source entre mirage et recherche

9 h 30 :            V. Agrigoroaei : « Comment trouver une traduction perdue. Les textes                                                            “vaudois” du xiie siècle ».

9 h 50 :            G. Borriero :       « Sources et auteurs dans la matière d’Alexandre »

10 h 10 :          Discussion

10 h 30:           Pause

10 h 50 :          D. O’Sullivan : « Emprunts, glissements et effacements lyriques dans les   traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum   d’Adam de la Bassée »

11 h 10 :          F. Laurent :        « Construire la vérité du texte sur des sources orales ? Le cas inédit de la Vie de saint Thomas Becket de Guernes de Pont-Sainte-Maxence »

11 h 30 :          Discussion

11 h 45            Conclusions

De la traduction médiévale à la seconde main moderne

De la traduction médiévale à la seconde main moderne. Théories, pratiques et impasses de la translatio contemporaine. Responsables: Claudio Galderisi (Professeur à l’Université de Poitiers) et Jean-Jacques Vincensini (Professeur à l’Université de Tours)

La question de la traduction et de la seconde main a été au cœur d’une réflexion que les clercs médiévaux n’ont cessé de renouveler. La traductologie médiévale en témoigne. Les traducteurs du Moyen Âge se sont souciés de la nature et de la qualité de leur traduction : respect du mot à mot, choix délibéré d’une nette distance avec la langue et le rythme de la syntaxe de l’œuvre-source. Confrontés à ceux qui posaient comme des nains et qui regardaient de haut les géants sur lesquels ils prétendaient s’être juchés, les clercs modernes, les philologues ont choisi une autre posture : la neutralité scientifique, le refus de la confrontation linguistique et épistémologique avec le texte à translater. Si, dans les dernières décennies, l’immense majorité des éditions-traductions de textes médiévaux présentent, longuement, leurs principes d’édition, très peu s’efforcent de justifier les choix qui ont fondé leur traduction, au-delà de quelques stéréotypes d’usage. La traduction d’œuvres médiévales, si peu problématisée, n’utilise-t-elle pas une langue artificielle, visant un destinataire non identifié ? Cette traduction peut-elle aller de soi, comme une évidence, car relevant toujours, plus ou moins, du « même au même », du moins en français, comme un domaine réservé aux spécialistes de la langue médiévale que des décennies d’avancées dans le champ de la « traductologie » ne concerneraient pas ?

Cette journée d’étude a eu lieu le 4 et 5 septembre 2014 au CESCM.  Les actes de cette journée d’étude ont été publiés en septembre 2015 dans la collection « Bibliothèque de Transmédie » sous le titre La Traduction intralinguale de l’ancien français au français moderne, sous la direction de C. Galderisi et J.-J. Vincensini, « Bibliothèque de Transmédie, 2 », Turnhout, Brepols, 2015, 210 p.

Programme des Journées d’études « De la traduction médiévale à la seconde main moderne. Théories, pratiques et impasses de la translatio contemporaine »

Jeudi 4 septembre 2014

 

Table ronde 1 : « Traduire est éditer. Pourquoi (résistances et absences), pour qui, comment ? »

14 h 30 :          C. Galderisi : « “Un truchement me faut quérir… ” Peut-on traduire pour qui ne connaît pas le français médiéval ? »

14 h 50 :          J.-J. Vincensini : « Dix années de traduction : état des lieux »

15 h 10 :          Discussion

15 h 40 :          Pause

Table ronde 2 : « Un fort français ? Du même au même »

16 h :               N. Bragantini : « Transposition du même au même, ou accès à une altérité   préservée ? Traduire l’Espinette amoureuse de Jean Froissart ».

16h20: J.-M. Fritz: “Traduire les fatrasies: surréalisme et philologie”

16h20: Discussion

17 h 10 :          Pause

Table ronde 3 : « D’autres faces du même »

17 h 30 :          V. Fasseur : « De l’ancienne langue d’oc au français moderne : l’exemple de Flamenca » 

17h50: A.M. Babbi: “Les traductions des textes en ancien français en Italie”

18h10: Discussion

 

Vendredi 5 septembre 2014

Table ronde 4 : « Une lettre immuable ? La théologie et la science »

9 h 30 :            V. Agrigoroaei : «  Quelques réflexions au sujet des traductions de la Bible.                                                 Un problème de méthodologie ».

9 h 50 :            J. Ducos : « La science médiévale ou l’étrange familiarité ».

10 h 10 :          Discussion

Table ronde 5 : « Deux seuils de la traduisibilité : le roman et la poésie »

11 h :               J. Cerquiglini-Toulet : « De soi à soi. Traduire en français la poésie française médiévale : la vibration sonore du même »

11 h 20            Discussion

11 h 45 :          « Conclusions »

Edition critique de l’Histoire de France de La Popelinière

Édition critique de l’Histoire de France de La Popelinière (resp. Denise Turrel, professeur à l’université de Poitiers, et Paul Alexis-Mellet, maître de conférences à l’université de Tours)

Cet axe de recherches a pour but l’édition critique de l’Histoire de France de l’historien protestant Lancelot Voisin de La Popelinière. Cet ouvrage n’a jamais été réédité depuis 1581. La première édition 1571 comportait 10 livres portant sur les années 1568-1570 ; l’année suivante, en 1572, la seconde parution comprend 3 livres nouveaux narrant le début des guerres (1563-1568), tandis que celle de 1578-1579 est prolongée de 5 livres sur les événements les plus récents (1570-1572). En 1581, La Popelinière ajoute encore 10 livres en remontant aux années 1540, et surtout refond entièrement la chronique de la dernière décennie (1570-1577) qui forme le volume 2, aboutissant à un total de 45 livres.

C’est un texte très riche se fondant sur un long travail d’enquête auprès des acteurs et des témoins des guerres de religion. Quoique rédigé par un protestant, l’ouvrage veut respecter une certaine neutralité, et revendique un statut scientifique pour l’historien.

L’édition critique projetée doit comprendre 10 tomes. Le travail implique des vacations pour la première saisie du texte. Le travail scientifique ultérieur comprend la correction et l’annotation critique. L’équipe comprend 9 personnes.

Fin 2015, la saisie était réalisée jusqu’au livre 30 (sur 45). Les livres 7 à 18 sont en cours d’annotation critique. Les livres 7 et 8 notamment sont en voie d’achèvement.

Réalisations

Deux volumes sont actuellement publiés :

Le volume I contient une introduction éclairant la genèse de l’œuvre et sa structure, une biographie de La Popelinière, une bibliographie, les 4 premiers livres de l’Histoire de France, une annexe donnant les pièces liminaires des éditions de 1571-1572 non reprises en 1581, et un index des personnes.

Lancelot Voisin, sr de La Popelinière, L’Histoire de France, tome I (1517-1558), directeur éditorial : Denise Turrel, « Travaux d’humanisme et Renaissance », Droz, 2011, 590 p.

Le volume II (livres 5-6) est sorti en librairie le 4 janvier 2016 :

Lancelot Voisin, sr de La Popelinière, L’Histoire de France, tome II (1558-1560), édité par Jean-Claude Laborie, Benoist Pierre, Pierre-Jean Souriac, directeur éditorial : Denise Turrel, « Travaux d’humanisme et Renaissance », Droz, 2016, 536 p.

 

Ce deuxième volume offre un récit des années 1557-1560. La Popelinière compose un vaste récit de la période qui mène de la fin du règne du roi Henri II à la mort de François II : outre les événements du royaume (tels que le traité de Cateau-Cambrésis, l’affaire Anne du Bourg, la montée des mécontentements politiques et religieux, la conjuration d’Amboise), il accorde une place importante à l’intervention française en Écosse. Surtout, il s’intéresse à l’Amérique, à travers l’expédition de Villegagnon au Brésil, qu’il reprendra et développera l’année suivante dans Les Trois Mondes. Puisant principalement ses sources dans les écrits protestants, il les coupe et les réorganise à son gré, les neutralise en enlevant appellations injurieuses et jugements partiaux. Il les enrichit enfin de précisions et de nombreux documents, afin d’atteindre son but : écrire une histoire non partisane. Comme dans le premier volume, les notes critiques identifient personnages et lieux, éclairent la chronologie et analysent l’utilisation des sources.

Le volume III doit paraître prochainement. L’année 2015 a été consacrée pour l’essentiel à la préparation de ce volume qui contient les livres 7 et 8 de l’Histoire de France, avec l’annotation critique par Paul Alexis Mellet et Odette Turias.

Le travail d’édition est soutenu par des journées d’études régulières à Poitiers et à Tours. Le financement par la Fédération permet en outre des missions en bibliothèque et l’organisation de journées d’études (une ou deux par an) destinées à la discussion des annotations critiques.

 

Chanter à Noyon

En 2015, la Fédération a soutenu financièrement le projet « Chanter à Noyon ». Il s’agit d’un projet collectif organisé par des chercheurs de trois laboratoires :

  • CESCM (UMR 7302, CNRS, Université de Poitiers).
  • PPRIME (UPR 3346, CNRS, Université de Poitiers, ENSMA).
  • CESR (UMR 7323, CNRS, Université de Tours).

et soutenu par :

  • la FESMAR (FR 3482) : Fédération des Études supérieures du Moyen-Âge et de la Renaissance (Université de Poitiers/ Université de Tours)
  • Ville de Noyon
  • Société Head-Acoustics.

 

Sous le chœur de la cathédrale de Noyon, en Picardie, se trouve une salle voûtée de 15 m², comprenant un dispositif de 64 pots acoustiques, intégrés aux murs de brique. Les recherches archéologiques entreprises au cours des trois dernières années ont révélé la complexité et la cohérence de l’installation. Ce caveau dit «  phonocamptique » au xixe siècle, date probablement de l’époque médiévale et les poteries acoustiques ont été insérées dans les murs au xvie siècle.

Le CESCM et le laboratoire PPRIME (archéo-acoustique, Poitiers) travaillent depuis 2013 sur ce caveau. Des relevés archéologiques et des mesures acoustiques ont été réalisés permettant d’étudier le caveau dans son ensemble et de dater le dispositif. Récemment, des mesures acoustiques comparatives ont été réalisées avec les pots bouchés et débouchés, permettant de mieux appréhender la sonorité de ce caveau.

Ces travaux, associés à l’étude des textes relatifs au chapitre de la cathédrale de Noyon, ne permettent cependant pas de conclure actuellement sur l’usage du caveau. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’un lieu associé à la liturgie ni d’un local de répétition. L’hypothèse d’une simple salle expérimentale bute, quant à elle, sur le travail d’aménagement architectural considérable que l’évêque ou le chapitre ont commandé pour réaliser ce système.

Le groupe de recherche archéo-acoustique, animé initialement par le CESCM et l’Institut PPRIME fut d’abord renforcé pour ce projet par l’équipe de musicologie du CESR de l’Université de Tours. L’équipe, soutenue par la Fédération, a engagé une nouvelle étape de son travail avec la mise en place d’une expérience scientifique inédite dans le caveau de la cathédrale : un groupe de chanteurs professionnels a investi les lieux et procédé à des essais acoustiques afin de mieux comprendre l’usage de cette salle dans le cadre de la liturgie, à partir de pièces chantées dont certaines ont été composées à Noyon aux xvie et xviie siècles.

C’est l’ensemble de musiques anciennes Gilles Binchois (http://gillesbinchois.com/en/) reconnu internationalement, qui a participé à cette expérience les jeudi 17 et vendredi 18 septembre 2015. Les chanteurs ont chanté dans le caveau avec les pots bouchés puis débouchés. Le répertoire choisi était caractéristique du xvie siècle. Les mesures ont été réalisées au moyen de microphones dispersés dans le caveau et dans l’église ainsi que de systèmes de prise de son proche de l’audition (tête artificielle) prêtés par la société Head-Acoustics. Des questionnaires ont été distribués aux chanteurs et au public assistant à l’expérience, installés dans les stalles du chœur de la cathédrale, situées au-dessus du caveau.

L’objectif des mesures et des questionnaires est de savoir si les pots facilitent le chant à l’intérieur du caveau ou s’ils permettaient une meilleure perception du son du caveau vers l’église. Les premiers résultats semblent montrer que les pots facilitent le chant dans le caveau lorsqu’ils sont ouverts en particulier pour les voix basses. Il reste néanmoins à analyser les mesures de manière approfondie pour confirmer ou nuancer ces premiers résultats.

Dans l’attente de ces résultats, le projet a fait l’objet d’une communication (par Jean-Christophe Valière) au 13e Congrès Français d’Acoustique (avril 2016: http://cfa2016.univ-lemans.fr/fr/index.html). Les publications prévues sont trois articles (co-signés) dans des revues reconnues pour les trois principaux domaines concernés (archéologie, musicologie, acoustique).

Base de données REFRAIN

Base de données « Refrains » (resp. Cristelle Cazaux-Kowalski, maître de conférences à l’université de Poitiers & David Fiala, maître de conférences à l’université de Tours).

Cette activité a été menée dès 2012, en coopération avec l’université de Southampton. Il s’agissait de constituer un catalogue littéraire et musical des refrains qui parcourent les œuvres musicales depuis le xiie siècle jusqu’au xvie. Le but était de regrouper en une base de données unique les informations littéraires et musicales jusque-là éparses. Le catalogue devait être accompagné d’une introduction présentant le corpus dans son contexte, de renvois bibliographiques, de références aux répertoires et éditeurs usuels. Constituant un ouvrage considérablement augmenté par rapport à tout ce qui existe, ce travail pourrait en outre être utile aux chercheurs travaillant sur des périodes plus récentes, ainsi qu’aux interprètes.

Cette base de données est accessible en ligne depuis la fin 2014 à l’URL http://medmus.soton.ac.uk/view.html.

Le projet de la FESMAR

La Fédération de recherche 3482 (CNRS – Université François-Rabelais de Tours – Université de Poitiers), créée au 1er janvier 2012, est née de la volonté de favoriser des actions communes entre deux centres de recherche : le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR 7323) et le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation médiévale (CESCM, UMR 7302).

Le CESR, fondé en 1956 par Pierre Mesnard, fut rattaché à l’Université François-Rabelais dès la fondation de cette dernière en 1971, puis associé au CNRS à partir de 1983. C’est à la fois une UFR et une UMR. L’UMR a pour tutelles le CNRS, l’Université François-Rabelais et ministère de la Culture et de la Communication.

Le CESR comprend 11 chercheurs du CNRS, 35 enseignants-chercheurs de l’université et 2 professeurs émérites, ainsi que 52 doctorants et 23 ITA (12 de l’université de Tours, 9 du CNRS et 2 du ministère de la Culture) ; une trentaine de personnes y bénéficient de contrats à durée déterminée.

 

Le CESCM, fondé en 1953 à l’initiative de Gaston Berger, a été rattaché ensuite à l’Université de Poitiers ; il dépend scientifiquement des deux UFR de Lettres et langues (L&L) et de Sciences humaines et Arts (SHA), administrativement et topographiquement de cette dernière. UMR du CNRS et de l’université de Poitiers, il bénéficie également d’une convention avec le ministère de la Culture au titre de l’archéologie.

Fort au 1er juin 2016 de 6 chercheurs (dont 2 du CNRS), 21 enseignants-chercheurs, 16 IT-ITRF dont 7 CNRS, et 34 doctorants, il a vocation à étudier le Moyen Âge sous toutes ses formes, dans une perspective pluridisciplinaire couvrant les champs de recherche ou d’érudition suivants : histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, iconographie, emblématique, numismatique, musicologie, philosophie, littérature, philologie. Installé dans l’hôtel Berthelot, il possède une bibliothèque de près de 35 000 volumes, une photothèque d’environ 150 000 clichés et un centre spécialisé en épigraphie (Inscripthèque). Il développe, à partir de cette documentation, de nombreux projets numériques (bases Romane et Titulus) et une intense activité éditoriale (Cahiers de civilisation médiévaleBibliographie de civilisation médiévale – accessible en ligne sur Brepolis, Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de nombreuses collections).

 

Les deux laboratoires constituent ensemble, tant par le nombre de chercheurs et d’ITA, que par la réputation scientifique, les activités de recherche et de publication, le rayonnement international, une force rare en province dans les disciplines des Sciences de l’homme et de la société. Les deux unités appartiennent au GIS « Humanités » soutenu par l’Institut des Sciences de l’Homme et de la Société (InSHS) du CNRS. Elles sont respectivement membres de la Maison des Sciences de l’Homme du Val de Loire (Tours, USR 3501) et de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers (USR 3565), membres du réseau national des MSH. Par-delà ces appartenances communes à des réseaux nationaux, la structure fédérative Fesmar devait donc permettre, à un niveau géographique plus restreint, de renforcer les collaborations existantes entre les deux unités sur des objets communs et de susciter le lancement de nouveaux projets autour de méthodologies partagées ou d’études sur le temps long, du Moyen Âge à la Renaissance.

Les raisons de la création de la FESMAR étaient d’abord proprement scientifiques, raisons portées par les similitudes qui unissent ces deux centres : ancienneté similaire ; réputation française et internationale qui en fait les centres de référence pour la plupart des disciplines sur leurs périodes respectives (Moyen Âge et Renaissance) ; statut d’UMR ; importants centres de documentation ; forte implication dans la formation de haut niveau (master et doctorat). Scientifiquement, les deux centres sont organisés explicitement ou non autour de l’idée de « civilisation » qui implique une convergence pluridisciplinaire sur une époque donnée. Les deux centres sont pour une large part dédiés à l’étude du patrimoine sous toutes ses formes (matérielles, immatérielles), et à la recherche sur des corpus de textes (sous leur aspect non seulement matériel, mais aussi sémiologique, littéraire ou proprement conceptuel). De plus, si les objets et champs de recherche de chaque centre ont une incontestable spécificité, il apparaît de plus en plus au regard de la recherche internationale que, dans de nombreuses disciplines et sur de nombreux objets, on peut difficilement développer indépendamment les uns des autres les travaux sur le Moyen Âge et ceux sur la Renaissance. Les chronologies varient selon les disciplines, et certains objets requièrent des études sur la longue durée englobant une partie du Moyen Âge et allant parfois jusqu’au début de l’Âge classique. Il existait déjà des collaborations en certains domaines (musicologie, littérature,…), des échanges d’enseignements (musicologie, philosophie,…). Mais elles restaient informelles et il était souhaitable de leur donner une base institutionnelle ; au regard de ces intérêts communs, les liens effectifs devaient être resserrés et les collaborations de recherche amplifiées.