Les Météores d’Aristote au Moyen Âge et à la Renaissance

Responsables: Aurélien Robert (CESR) et Iacopo Costa (CESCM)

Dans le cadre du projet Organisation et porosité des savoirs au Moyen Âge et à la Renaissance, une seconde journée d’études a été organisée le 12 décembre 2013 sur Les Météores d’Aristote au Moyen Âge et à la Renaissance, suite à une première réunion de travail à Poitiers, impliquant Aurélien Robert, Iacopo Costa et Joëlle Ducos (professeur à Paris IV). Les Météores d’Aristote constituent l’un des textes les moins étudiés du corpus aristotélicien, alors qu’il a été traduit plusieurs fois en latin, puis dans plusieurs langues vernaculaires, et qu’il a suscité des débats dans plusieurs champs du savoir. L’un des enjeux principaux de la météorologie, surtout après Épicure et Lucrèce, concernait la possibilité d’expliquer certains phénomènes comme la foudre, les tremblements de terre, les tsunamis, de manière naturelle, et non comme l’effet d’une punition divine. C’est pourquoi l’on trouve au Moyen Âge des usages de ce texte dans de nombreux commentaires bibliques, mais aussi dans les commentaires des Sentences de Pierre Lombard, devenu le principal lieu de débats chez les théologiens médiévaux. Il s’agissait donc de comparer cet usage critique de la part des théologiens, à l’usage philosophique et médical de ce texte dans les Facultés des arts où l’on commente ce texte, principalement dans le nord de l’Italie. Ensuite, il s’agissait, dans la continuité des travaux de Suzana Longo sur la météorologie à la Renaissance, de suivre les changements dans ce domaine après la redécouverte des textes d’Épicure et de Lucrèce à partir du XVe siècle.

Cette journée d’études a réuni Aurélien Robert (CNRS, CESR), Iacopo Costa (CNRS, CESCM), Joëlle Ducos (Paris IV), Jean-Marc Mandosio (EPHE), Dragos Calma (EPHE), Joël Biard (Tours, CESR), Christophe Grellard (Paris 1) et Violaine Giacommotto-Charra (Bordeaux)

affiche