Organisation et porosité des savoirs à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance

Organisation et porosité des savoirs à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (resp. Iacopo Costa, chargé de recherches au CNRS, CESCM, et Aurélien Robert, chargé de recherches au CNRS, CESR).

Dans le prolongement du programme Frontières des savoirs en Italie à l’époque des premières universités, initié par Aurélien Robert et Joël Chandelier à l’École française de Rome entre 2008 et 2011, l’objectif de ce projet est d’étudier les modifications des disciplines instituées au sein des grandes universités à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance, en s’intéressant aux objets qui n’appartiennent pas en propre à un seul champ du savoir (éthique médicale, médecine légale, rhétorique politique, météorologie, etc.). Ces transformations sont abordées dans la continuité du Moyen Âge tardif et de la Renaissance, en partant des premiers échanges entre disciplines de l’encyclopédie aristotélicienne, telle qu’elle s’est constituée au cours du Moyen Âge arabe et latin, et savoirs émergents (en particulier dans les domaines de la médecine et du droit), et en suivant les redistributions dues notamment aux humanistes à la Renaissance. Les travaux sont menés au sein d’un réseau de chercheurs de différentes disciplines (histoire, philosophie, histoire du droit, histoire des sciences, etc.).

Deux journées d’étude ont été organisées, l’une sur l’éthique à la frontière des savoirs, l’autre sur la météorologie médiévale et renaissante (voir les pages correspondantes sur ce site)