La traduction « empêchée », les supercheries et les catastrophes

Atelier sur la traduction « empêchée », les supercheries et les catastrophes.

Responsables: Claudio Galderisi, professeur à l’université de Poitiers, et Jean-Jacques Vincensini, professeur à l’université de Tours.

Les clercs médiévaux ont été les premiers à faire de la traduction une liturgie de la secondarité et une éthique de la subjectivité ; ils ont été également les acteurs d’une sélection intellectuelle et littéraire, qui pour être moins visible, et moins étudiée, n’en constitue pas moins la trace d’une certaine imperméabilité du monde médiéval. À côté de la formidable entreprise de forgerie du présent à travers la récriture du passé qu’a été la translatio studii, ces admirateurs des auctoritates en ont délaissé plus d’une. Ces absences sont d’autant plus frappantes, que la traduction, l’adaptation, la citation, y compris non créditée et donc pouvant faire transiter dans la culture vernaculaire aussi des seniores théoriquement incompatibles avec l’horizon chrétien, apparaissent comme consubstantielles à l’œuvre du clerc médiéval. Parallèlement à ce silence des clercs, il y a des textes qui affichent leur secondarité, en surjouant parfois du rapport à l’auctoritas, selon un modèle rhétorique qui a été appelé « topos du livre source ». Comment interpréter cette incontestable disposition à la falsification propre à des clercs nourris de morale chrétienne ? Autant de questions qui permettront d’analyser au-delà de la surface du texte les stratégies et les mécanismes de cette étonnante altérité textuelle. Cette journée d’étude a eu lieu le 3 et 4 septembre 2015 au CESCM – voir programme ci-dessous.

Les actes de cette journée d’étude seront publiés en avril 2016 dans la collection « Bibliothèque de Transmédie » sous le titre La Fabrique de la traduction. La traduction empêchée et la traduction manipulée.

Programme des journées d’études sur « La traduction empêchée »

Jeudi 3 septembre

Table ronde 1 :   Le livre absent et son simulacre

14 h 30 :          C. Galderisi :    « Le miroir de la source et les seuils de la traduction »

14 h 50 :         J.-J. Vincensini : « Effets thématiques et linguistiques de la nostalgie littéraire : les traductions du Moyen Âge flamboyant face à l’invention de sources  »

15 h 10 :          Discussion

15 h 40 :          Pause

Table ronde 2 :   Supercheries et sources empêchées ou cachées

16 h :               A. M. Babbi :   « la source cachée du roman d’eneas »

16 h 20 :           J . Métois : « sources revendiquées et modèles souterrains de deux            traductions françaises médiévales du de excidio troiae »

16 h 40 :          Discussion

17 h 10 :          Pause

Table ronde 3    Suite

17 h 30 :          O. Delsaux : « Traduction empêchée, contrainte ou détournée : les paradoxes         du poète, traducteur et humaniste Laurent de Premierfait » 

16 h 50 :         J.-M. Fritz :   « Falsification suprême ? Lettres ou livres écrits par le Christ  (légende d’Abgar, petit livret du Graal, lettre tombée du ciel …) »

18h10: Discussion 

Vendredi 3 septembre

Table ronde 4 :  La source entre mirage et recherche

9 h 30 :            V. Agrigoroaei : « Comment trouver une traduction perdue. Les textes                                                            “vaudois” du xiie siècle ».

9 h 50 :            G. Borriero :       « Sources et auteurs dans la matière d’Alexandre »

10 h 10 :          Discussion

10 h 30:           Pause

10 h 50 :          D. O’Sullivan : « Emprunts, glissements et effacements lyriques dans les   traductions françaises du Ludus super Anticlaudianum   d’Adam de la Bassée »

11 h 10 :          F. Laurent :        « Construire la vérité du texte sur des sources orales ? Le cas inédit de la Vie de saint Thomas Becket de Guernes de Pont-Sainte-Maxence »

11 h 30 :          Discussion

11 h 45            Conclusions