Chanter à Noyon

En 2015, la Fédération a soutenu financièrement le projet « Chanter à Noyon ». Il s’agit d’un projet collectif organisé par des chercheurs de trois laboratoires :

  • CESCM (UMR 7302, CNRS, Université de Poitiers).
  • PPRIME (UPR 3346, CNRS, Université de Poitiers, ENSMA).
  • CESR (UMR 7323, CNRS, Université de Tours).

et soutenu par :

  • la FESMAR (FR 3482) : Fédération des Études supérieures du Moyen-Âge et de la Renaissance (Université de Poitiers/ Université de Tours)
  • Ville de Noyon
  • Société Head-Acoustics.

 

Sous le chœur de la cathédrale de Noyon, en Picardie, se trouve une salle voûtée de 15 m², comprenant un dispositif de 64 pots acoustiques, intégrés aux murs de brique. Les recherches archéologiques entreprises au cours des trois dernières années ont révélé la complexité et la cohérence de l’installation. Ce caveau dit «  phonocamptique » au xixe siècle, date probablement de l’époque médiévale et les poteries acoustiques ont été insérées dans les murs au xvie siècle.

Le CESCM et le laboratoire PPRIME (archéo-acoustique, Poitiers) travaillent depuis 2013 sur ce caveau. Des relevés archéologiques et des mesures acoustiques ont été réalisés permettant d’étudier le caveau dans son ensemble et de dater le dispositif. Récemment, des mesures acoustiques comparatives ont été réalisées avec les pots bouchés et débouchés, permettant de mieux appréhender la sonorité de ce caveau.

Ces travaux, associés à l’étude des textes relatifs au chapitre de la cathédrale de Noyon, ne permettent cependant pas de conclure actuellement sur l’usage du caveau. Il ne semble pas qu’il s’agisse d’un lieu associé à la liturgie ni d’un local de répétition. L’hypothèse d’une simple salle expérimentale bute, quant à elle, sur le travail d’aménagement architectural considérable que l’évêque ou le chapitre ont commandé pour réaliser ce système.

Le groupe de recherche archéo-acoustique, animé initialement par le CESCM et l’Institut PPRIME fut d’abord renforcé pour ce projet par l’équipe de musicologie du CESR de l’Université de Tours. L’équipe, soutenue par la Fédération, a engagé une nouvelle étape de son travail avec la mise en place d’une expérience scientifique inédite dans le caveau de la cathédrale : un groupe de chanteurs professionnels a investi les lieux et procédé à des essais acoustiques afin de mieux comprendre l’usage de cette salle dans le cadre de la liturgie, à partir de pièces chantées dont certaines ont été composées à Noyon aux xvie et xviie siècles.

C’est l’ensemble de musiques anciennes Gilles Binchois (http://gillesbinchois.com/en/) reconnu internationalement, qui a participé à cette expérience les jeudi 17 et vendredi 18 septembre 2015. Les chanteurs ont chanté dans le caveau avec les pots bouchés puis débouchés. Le répertoire choisi était caractéristique du xvie siècle. Les mesures ont été réalisées au moyen de microphones dispersés dans le caveau et dans l’église ainsi que de systèmes de prise de son proche de l’audition (tête artificielle) prêtés par la société Head-Acoustics. Des questionnaires ont été distribués aux chanteurs et au public assistant à l’expérience, installés dans les stalles du chœur de la cathédrale, situées au-dessus du caveau.

L’objectif des mesures et des questionnaires est de savoir si les pots facilitent le chant à l’intérieur du caveau ou s’ils permettaient une meilleure perception du son du caveau vers l’église. Les premiers résultats semblent montrer que les pots facilitent le chant dans le caveau lorsqu’ils sont ouverts en particulier pour les voix basses. Il reste néanmoins à analyser les mesures de manière approfondie pour confirmer ou nuancer ces premiers résultats.

Dans l’attente de ces résultats, le projet a fait l’objet d’une communication (par Jean-Christophe Valière) au 13e Congrès Français d’Acoustique (avril 2016: http://cfa2016.univ-lemans.fr/fr/index.html). Les publications prévues sont trois articles (co-signés) dans des revues reconnues pour les trois principaux domaines concernés (archéologie, musicologie, acoustique).