Le projet de la FESMAR

La Fédération de recherche 3482 (CNRS – Université François-Rabelais de Tours – Université de Poitiers), créée au 1er janvier 2012, est née de la volonté de favoriser des actions communes entre deux centres de recherche : le Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (CESR, UMR 7323) et le Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation médiévale (CESCM, UMR 7302).

Le CESR, fondé en 1956 par Pierre Mesnard, fut rattaché à l’Université François-Rabelais dès la fondation de cette dernière en 1971, puis associé au CNRS à partir de 1983. C’est à la fois une UFR et une UMR. L’UMR a pour tutelles le CNRS, l’Université François-Rabelais et ministère de la Culture et de la Communication.

Le CESR comprend 11 chercheurs du CNRS, 35 enseignants-chercheurs de l’université et 2 professeurs émérites, ainsi que 52 doctorants et 23 ITA (12 de l’université de Tours, 9 du CNRS et 2 du ministère de la Culture) ; une trentaine de personnes y bénéficient de contrats à durée déterminée.

 

Le CESCM, fondé en 1953 à l’initiative de Gaston Berger, a été rattaché ensuite à l’Université de Poitiers ; il dépend scientifiquement des deux UFR de Lettres et langues (L&L) et de Sciences humaines et Arts (SHA), administrativement et topographiquement de cette dernière. UMR du CNRS et de l’université de Poitiers, il bénéficie également d’une convention avec le ministère de la Culture au titre de l’archéologie.

Fort au 1er juin 2016 de 6 chercheurs (dont 2 du CNRS), 21 enseignants-chercheurs, 16 IT-ITRF dont 7 CNRS, et 34 doctorants, il a vocation à étudier le Moyen Âge sous toutes ses formes, dans une perspective pluridisciplinaire couvrant les champs de recherche ou d’érudition suivants : histoire, histoire de l’art, archéologie, épigraphie, iconographie, emblématique, numismatique, musicologie, philosophie, littérature, philologie. Installé dans l’hôtel Berthelot, il possède une bibliothèque de près de 35 000 volumes, une photothèque d’environ 150 000 clichés et un centre spécialisé en épigraphie (Inscripthèque). Il développe, à partir de cette documentation, de nombreux projets numériques (bases Romane et Titulus) et une intense activité éditoriale (Cahiers de civilisation médiévaleBibliographie de civilisation médiévale – accessible en ligne sur Brepolis, Corpus des inscriptions de la France médiévale, et de nombreuses collections).

 

Les deux laboratoires constituent ensemble, tant par le nombre de chercheurs et d’ITA, que par la réputation scientifique, les activités de recherche et de publication, le rayonnement international, une force rare en province dans les disciplines des Sciences de l’homme et de la société. Les deux unités appartiennent au GIS « Humanités » soutenu par l’Institut des Sciences de l’Homme et de la Société (InSHS) du CNRS. Elles sont respectivement membres de la Maison des Sciences de l’Homme du Val de Loire (Tours, USR 3501) et de la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers (USR 3565), membres du réseau national des MSH. Par-delà ces appartenances communes à des réseaux nationaux, la structure fédérative Fesmar devait donc permettre, à un niveau géographique plus restreint, de renforcer les collaborations existantes entre les deux unités sur des objets communs et de susciter le lancement de nouveaux projets autour de méthodologies partagées ou d’études sur le temps long, du Moyen Âge à la Renaissance.

Les raisons de la création de la FESMAR étaient d’abord proprement scientifiques, raisons portées par les similitudes qui unissent ces deux centres : ancienneté similaire ; réputation française et internationale qui en fait les centres de référence pour la plupart des disciplines sur leurs périodes respectives (Moyen Âge et Renaissance) ; statut d’UMR ; importants centres de documentation ; forte implication dans la formation de haut niveau (master et doctorat). Scientifiquement, les deux centres sont organisés explicitement ou non autour de l’idée de « civilisation » qui implique une convergence pluridisciplinaire sur une époque donnée. Les deux centres sont pour une large part dédiés à l’étude du patrimoine sous toutes ses formes (matérielles, immatérielles), et à la recherche sur des corpus de textes (sous leur aspect non seulement matériel, mais aussi sémiologique, littéraire ou proprement conceptuel). De plus, si les objets et champs de recherche de chaque centre ont une incontestable spécificité, il apparaît de plus en plus au regard de la recherche internationale que, dans de nombreuses disciplines et sur de nombreux objets, on peut difficilement développer indépendamment les uns des autres les travaux sur le Moyen Âge et ceux sur la Renaissance. Les chronologies varient selon les disciplines, et certains objets requièrent des études sur la longue durée englobant une partie du Moyen Âge et allant parfois jusqu’au début de l’Âge classique. Il existait déjà des collaborations en certains domaines (musicologie, littérature,…), des échanges d’enseignements (musicologie, philosophie,…). Mais elles restaient informelles et il était souhaitable de leur donner une base institutionnelle ; au regard de ces intérêts communs, les liens effectifs devaient être resserrés et les collaborations de recherche amplifiées.