Architectes, ingénieurs et fortifications

Responsables: Nicolas Prouteau, maître de conférences à l’Université de Poitiers (CESCM) et Alain Salamagne, professeur à l’Université de Tours (CESCR)

Cette opération, qui commence dès 2016, a pour objet le rôle des ingénieurs à la fois dans le domaine des techniques militaires (les « engins » de siège) et dans celles du bâtiment (développement des machines de chantier en particulier).

Concernant le rôle des ingénieurs dans les questions militaires, plusieurs questions sont en effet aujourd’hui ouvertes. Ainsi, l’intervention des ingénieurs dans le domaine de la construction militaire est manifeste dans les programmes des Plantagenêts à la fin du xiie siècle et au début du xiiie siècle, mais les relations entretenues avec les maîtres-maçons doivent encore être précisées. On peut aussi de demander quelle est l’intervention d’ingénieurs du roi de France les fortifications royales du Midi. Ils apparaissent enfin, en particulier au service du roi d’Angleterre, comme de spécialistes des techniques innovantes, voir des feux de guerre.

Mais ils ont aussi une responsabilité dans création de villes et des projets d’urbanisme. Ce fut le cas en Italie évidemment, mais aussi dans les anciens Pays-Bas et en France dès la première moitié du xvie siècle.

Le statut même de l’ingénieur demande à être précisé. D’abord théoricien, homme de cour souvent, il était d’abord un concepteur de projets restant parfois éloigné de la pratique. Maître-maçon, architecte ou ingénieur, ce débat fut fondamental dans la première moitié du xvie siècle lorsqu’au statut du maître maçon s’ajouta celui de l’architecte, débat dont Philibert de L’Orme se fait encore écho dans ses traités.

Pour autant, si l’historiographie privilégie les ruptures, on doit s’interroger sur la continuité des savoirs et leurs transmissions, car en Italie même le statut d’ingénieur est attesté dès le xive siècle. Ce sont donc ces aspects multiformes, connaissances théoriques et pratiques, milieux d’origine, savoir-faire des ingénieurs-maîtres-maçons-architectes que l’on se propose de scruter sur une durée longue (xiie-xvie siècles).